Forum test
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 someone new (misaac)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin


Messages : 2
Date d'inscription : 01/03/2017

MessageSujet: someone new (misaac)   Mer 1 Mar - 22:34

L'autodestruction. C'est quelque chose qui ne te serait jamais arrivé avant, quelque chose qui te semblait trop lointain, quelque chose qui n'arrivait qu'aux autres. Et pourtant. Pourtant, t'es là, Mina, à te dégommer le foie depuis des mois, à rater des cours pour aller picoler encore plus, à mentir à tout le monde, même à toi. Tu ne vas pas bien. T'es pas bien. T'as envie de pleurer tellement t'es devenue pitoyable à t'enfoncer dans un trou noir pour quelques remarques qui auraient du te passer au-dessus de la tête. Chaque fois, c'est la même chose. Tu tournes en rond. T'es comme dans une cage, enfermée avec tes problèmes, tes illusions. T'as pas la clé, Mina, tu sais pas où elle est. Alors tu recommences cette boucle sans fin. Tu te tritures l'esprit, à en devenir folle, tu bois pour te soulager, pour qu'on t'enlève ce poids qui se trouve sur tes épaules. Ce poids, c'est de ne pas savoir qui tu es réellement. Tu ne sais pas pourquoi tu fais les choses que tu fais. T'as l'impression de n'avoir le goût de rien, de suivre un chemin qui n'est pas le tien, mais tous les sentiers te font peur. T'es à l'arrêt, dans cette grande forêt qu'est la vie. Et tu sais plus quoi faire, Mina. T'es perdue. Sans lampe de poche, sans ressource, sans rien. T'es rien, Mina.

T'es pire que rien parce que t'essaies même pas d'aller mieux. Tu veux juste que ça s'en aille, cette sensation de vide, cette sensation de manque dans ton cœur. Alors tu choisis la solution facile et rapide. Tu ingurgites des breuvages qui te brûlent l’œsophage, te pèsent sur l'estomac et t'élèvent l'esprit. Sous l'influence de l'alcool, t'es un peu libre, Mina. Tu ne penses pas forcément très clair, mais au moins, tu ne les entends plus. D'habitude, elles sont là tout le temps avec toi, ces voix, à critiquer tout ce que tu fais et dis. « C'est vraiment toi, là ? » ou « Retire ton masque, y en a marre de la comédie ! », en passant par « Quand tu montreras ta vraie nature, tu seras toute seule, Mina. Seule, seule, seule. » Ces voix te bassinent tellement avec ça que chaque matin, en te regardant dans la glace, tu n'as même plus l'impression d'être toi. Tu t'es perdue, Mina, égarée, tu ne sais trop où. Et tu ne sais pas qui appeler à l'aide. Alors tu restes dans ton coin, t'as rien de mieux.

L'ancienne toi te manque. Être joyeuse, sourire pour un rien, sourire pour tout. Aujourd'hui, tu n'y arrives plus. Ça te semble même plus naturel et justement c'est ce que les gens te reprochaient, de ne pas l'être assez. Alors t'es coincée dans un cul de sac, Mina. Immobile, tu contemples la vie et toi, tu subis comme la pauvre victime que t'es. Ce soir, tu contemples les vagues de la mer, les va-et-vient réguliers et violents. Tu devrais être heureuse. Tu devrais rire, secouer tes hanches au rythme de la musique, profiter de la soirée avec tes amies, mais t'as pas la tête à ça, Mina. T'as la tête à rien du tout. C'est le vide, là-haut, c'est noir. C'est sombre et c'est pas beau. Peut-être que t'es un cas perdu. Peut-être que tu resteras brisée toute ta vie. Et quand tu penses à la raison, ça te fait rire. T'étais du genre à dire tout haut ce que tu pensais, sans te soucier de qui ça devait déranger. T'avais l'habitude de défendre les autres, de les aider. Et te voilà, au bord de mer, en train de te noyer. A peine mis un peu dedans que t'as été prise par le courant. T'arrives pas à garder la tête hors de l'eau.
Tu suffoques.
Tu manques d'air.

T'ouvres les yeux, Mina. T'aurais aimé être partie, être loin, mais t'es toujours là. Sur la plage, avec le groupe, avec des cannettes de bières du supermarché du coin et un baffle qui crache de la musique. Comme d'habitude, tu t'es éloignée du groupe. Tu t'éloignes du monde parce que t'as peur. T'es terrifiée, Mina. T'as peur d'être toi, t'as peur d'être une autre, t'as peur qu'on ne t'aime pas pour ce que tu es réellement (même si ça, tu n'as pas encore découvert qui tu étais). Mais c'est des questions trop profondes, trop difficile alors tu bois, encore et encore jusqu'à te vider les tripes. C'est pas joli à voir, c'est pas malin à faire, mais c'est tout ce que t'as. Ta paume gauche sur le sol, tu tentes de te relever doucement. Ça te prend quelques secondes pour y arriver, mais finalement, tu te tiens sur tes deux jambes. T'as l'impression que ça tangue un petit peu. Le monde est flou. La nuit noire ne t'aide pas à y voir plus clair. Tu oses mettre ton pied droit en avant, mais ta jambe te trahir. Tu t'écroules. Tu retrouves de tout ton long sur le sable, le ventre à terre. Pitoyable, Mina, vraiment. Même marcher, tu ne sais pas, t'es bonne à rien. Tu restes là, étalée comme une planche de surf. Les larmes te montent aux yeux. T'en peux plus, Mina. T'es à bout. T'espères que la musique a couvert le bruit de ta chute. T'espères que personne ne faisait attention à toi (et en même temps, pourquoi le feraient-ils ?).

Tes larmes sont comme des vagues, Mina.
Tu pleures l'océan.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://drowning4ya.forumactif.com
 
someone new (misaac)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DROWNING FOR YOU :: Votre 1ère catégorie :: Votre 1er forum-
Sauter vers: